« All do not get the opportunity to go to France but you have got it. Don’t miss it… »

Le 18ème anniversaire de Jenifer, célébré au domicile en compagnie de sa mère Sujatha et de ses amis – 18.06.2017

Dans le cadre de la bourse d’études allouée par la Fondation, Mademoiselle Jenifer Susairaj est venue en Europe en mai 2017.

« Des heures passées ensemble, nous avons beaucoup discuté.

Jenifer était curieuse, voulait comprendre comment ? Pourquoi ?

Au cours de nos visites à Nice, nous nous mêlons à la foule qui investit une rame de tramway. Entremêlées dans cette population arc-en-ciel, nous côtoyons de vieilles dames venant de faire leur marché, des SDF plutôt bien avinés, des animaux de compagnie tenus en laisse ou encore des adeptes du tatouage intégral. Un paysage des plus familiers.

Mais pas pour Jenifer.

Et tant de questions sur la vie en France.

Nous passons ensuite du temps à la terrasse d’un bistrot, comme ça, sans raison aucune sauf à siroter une boisson fraîche par un temps printanier plutôt chaud, faire passer le temps, papoter entre filles. Tout ça est une activité à laquelle Jenifer veut trouver un sens immédiat. D’ailleurs ses réflexions sont parfois déstabilisantes pour moi.

Jenifer Susairaj en visite au Musée d'art moderne et d'art contemporain, Nice - 11 mai 2017

Jenifer Susairaj en visite au Musée d’art moderne et d’art contemporain, Nice – 11 mai 2017

La découverte de l’Art constitue une autre facette du voyage de Jenifer.  Le concept est vaste. J’explique à ma partenaire que tout est Art, la ville et ses bâtiments; le MAMAC nous offre L’Art moderne et l’Ecole de Nice; le Palais Lascaris et ses fresques baroques accueille un concert de musique de chambre; les joyaux que recèle une Eglise. Une quantité de nouveautés, d’expériences inédites, de notions totalement inconnues pour cette indienne de 18 ans.

J’ai passé le temps de nos péripéties à dépeindre le portrait de femmes dans la culture européenne, française et niçoise, que je suis.

Je découvre que mon rôle n’est pas seulement d’accompagner cette jeune fille dans le cadre de ce séjour mais de lui apporter les réponses à ses questions qui vont initier son esprit à un autre univers. Ma tâche est délicate car les références dont dispose Jenifer sont loin des nôtres. Et je m’interpelle sur le risque réel pour Jenifer de ressentir une quelconque frustration face aux conditions quasi immuables qui demeurent dans son pays.

Mais oublions les risques et valorisons les initiatives positives. Jenifer connaît ses valeurs et respecte les convictions que lui transmet sa famille. Elle vivra en Inde forte d’une ouverture d’esprit qui lui permettra sans doute de mener ses études  et d’affronter la vie qu’elle mène à Chennai, avec plus de détermination dans ses choix, avec une force toute féminine (douce et combattante à la fois) et dans le respect de ses valeurs.

Avec une grande satisfaction et une reconnaissance envers la Fondation, j’ai reçu beaucoup de ces échanges.

Jenifer et moi avons grandi. »

– Marianne Ghione pour la Fondation Cuomo

Pour en savoir plus sur le projet…