« Jardin de l’impossible » à Kel Ejef, Gorom Gorom, Burkina Faso

an3_WebLiteM. Prométhée Bako, journaliste et « amateur de l’environnement » basé à Gorom Gorom, Burkina Faso, porte depuis 2010 un projet original et ambitieux. L’initiative qu’il peaufine depuis consiste à réaliser un « jardin des savoirs » afin de préserver les espèces végétales menacées de la sous-région sahélienne.

L’idée est née à partir d’un constat accablant : celui d’une dégradation sans précédent des espèces végétales, observée dans le Sahel. M. Bako attribue la cause de cette catastrophe à la fois à l’homme et à la nature : la surexploitation de l’un et l’imprévisibilité de l’autre. 

Face à cette situation, le promoteur du projet a créé un espace vert, à mi-chemin entre un réservoir végétal et un laboratoire botanique, dédié non seulement à la protection des espèces menacées de la bande sahélienne, mais aussi à perpétuer les savoirs ancestraux qui leur sont liés.

Ce jardin atypique, connu sous l’appellation affectueuse du « jardin de l’impossible », se propose ainsi de défier l’hostilité du climat et la rapacité de l’homme.

Gorom-Gorom« C’est un jardin agro-sylvo-pastorale de formation en agroforesterie pour les jeunes et femmes du village de Kel Ejef. Je l’ai surnommé « jardin de l’impossible » car quand j’ai voulu y planter des arbres comme les citronniers ou les orangers, on a crié partout : «  c’est impossible ! ». Et l’impossible a été possible… Malgré l’adversité de ce milieu, il suffit d’une dose de courage pour produire parfois des miracles. »

– Prométhée Bako, 03/08/2016 à Gorom Gorom, Burkina Faso.